• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

4775

Films
CONSULTABLES

      • 30 ANS, 30 APPAREILS. Appareil N°24 : Projecteur de Films 35 mm et de plaques de verre type 6 de marque Lapierre

      • À l'occasion des 30 ans de la Cinémathèque de Bretagne, nous vous présentons tout au long de cette année une sélection d'appareils cinématographiques issue de nos collections. Ce sera l'occasion de découvrir les cinéastes qui ont utilisé ces matériels et de voir les films qu'ils ont réalisés.
      • 30 ANS, 30 APPAREILS. Appareil N°24 : Projecteur de Films 35 mm et de plaques de verre type 6 de marque Lapierre
      •  

        Appareil N°24

        Projecteur de Films 35 mm et de plaques de verre type 6 de marque Lapierre

        (Fabrication française. Date : 1908)

         

         

        En 1848, Auguste Lapierre ouvre un petit atelier de ferblanterie à Paris, qui va rapidement se spécialiser dans la fabrication de lanternes magiques. En 1860, il dépose un brevet concernant « l’application de l'estampage des métaux », qui lui permet de produire des lanternes bon marché en grandes quantités.

        Durant toute la seconde moitié du XIXème siècle, de nombreux modèles de lanternes fabriqués par Auguste, puis par son fils aîné et successeur Edouard Virgile, assurent la prospérité de la Manufacture d’Optique Lapierre.

        Le 9 avril 1902, Edouard Virgile associe ses deux fils, Maurice et René, à l’entreprise pour crer la société en commandite Lapierre Frères et Cie, au capital de 346 896 francs. Les bureaux et magasins sont situés 38, quai de Jemmapes à Paris ; l’usine à Lagny, en Seine et Marne.

        Tout naturellement Lapierre vend des lanternes magiques et des cinématographes jouets, mais propose également des appareils de projections et d'agrandissements, des appareils photo, des appareils cinématographiques professionnels (dont des caméras de fabrication anglaises) et des films qui font l’objet de catalogues séparés.

        En 1908, Lapierre s’associe avec Demaria, dont les usines sont situées de l’autre côté du canal Saint-Martin. Cette adresse devient le siège social de la Société Anonyme des Etablissements Demaria-Lapierre, constituée entre Maurice et René Lapierre, Jules Demaria et Emile Akar (fondateur de la société automobile “Le Zèbre”).

        En octobre 1921, René Lapierre reprend son indépendance et fonde la Société des Etablissements René Lapierre (SANERLA), ayant pour objet : « les projections lumineuses, fixes et animées et plus spécialement la cinématographie ». Le siège est à Paris.

        Les premiers administrateurs sont : MM. Jean Bach, docteur en droit, à Paris ; René Lapierre, industriel, à Paris, et la Société des Etablissements Demaria-Lapierre.

        Sous le nom de Lapierre-Cinéma, René Lapierre commence par proposer des lanternes magiques et de petits cinématographes jouets 35mm (également vendus par Demaria-lapierre) avant de développer son activité cinéma autour du 9,5mm (et plus tard du Super 8) jusque dans les années 50.

         

        Sourse : http://cinematographes.free.fr/lapierre.html

         

        Caractéristiques Techniques :

                   

        • Mécanisme perfectionné à came
        • Support de films à bobines multiples
        • entraînement du film 35 mm par croix de Malte à quatre branches
        • débiteur denté
        • obturateur une pale
        • cheminée

         

         

        Cinéaste : Robert Sesona

        Initié dès son plus jeune âge par son père, photographe amateur, Robert Sesona développe rapidement un intérêt pour tout ce qui a trait à l’image. Si sa carrière professionnelle en est assez éloignée (11 années au service distribution d’un journal parisien, puis les services techniques du ministère des finances), celui-ci consacre néanmoins son temps libre à cette passion. Ses différents achats de livres sur le cinéma, d’appareils photographiques, de caméras, de projecteurs et de bobines de films constituent peu à peu une collection. En 1988, Robert Sesona acquiert une maison à Kérity près de Paimpol dans laquelle il s’installera définitivement en 1998 pour sa retraite. Moment propice pour exercer sa passion à plein temps, il se met à écumer les brocantes et vides greniers et déniche des objets rares. Chaque année en janvier, il retourne en région parisienne pour étoffer sa collection au salon des Cinglés du cinéma à Argenteuil. Il restaure chacune de ses acquisitions, les films, comme les appareils. Parallèlement à ce travail technique, Robert Sesona s’adonne à la photo et développe lui même ses tirages.

        Nous ne l’avions rencontré qu’une fois, en octobre 2010. M. Robert Sesona nous avait, à cette occasion, déposé un certain nombre de ses films : huit bobines de format 9,5 mm, trois bobines de Super 8 et deux films 8 mm. Brutalement décédé le 30 janvier 2011, le notaire de Monsieur Sesona a contacté la Cinémathèque de Bretagne en février 2011 car ce dernier avait pour souhait de léguer sa collection à la structure afin d’éviter sa dispersion.

        La prise en charge de ce fonds a été réalisée l’été 2011 : cette collection constituée notamment d’environ 400 appareils photographiques et cinématographiques est impressionnante. Parmi ceux-ci, une série d’appareils de visionnage et de prises de vues stéréoscopiques et panoramiques qui sont accompagnés de photographies et d’un nombre important de livres et revues consacrés à ces techniques.

        Cette collection, dont le volume représente une douzaine de mètres cubes, a été cataloguée et photographiée en juillet 2011.

      • 30 ans 30 appareils
      • Entrefil
      • Newsletter
      • La boutique
      • Suivez nous sur Facebook
Powered by diasite
Designed by diateam