• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

5372

Films
CONSULTABLES

Mercredi 26 mai 2010

La journée commence par une consultation des documents d'urbanisme et une préparation des premiers visionnements par des Molénais. Une connexion réseau est établie avec le siège de la Cinémathèque de Bretagne pour enrichir en temps réel la base de données DIAZ. Jean-Yves Le Gall est le tout premier visiteur de cette semaine d'études. Il est, depuis 17 ans, le gardien animateur de la réserve naturelle de la mer d'Iroise et reste incontournable sur la géomorphologie de l'archipel de Molène : les îlots de Trielen, Bannec et Balanec n'ont aucun secret pour lui. Il est rejoint par Jean Maout, ancien procureur de la République et historien local, et Marcel Masson, ancien maire de l'île et président de Spered Ar Mor, association du patrimoine local. Ils éclaircissent de leur côté les documentalistes sur l'histoire générale de Molène, le patrimoine bâti, les transports, les commerces. Ce premier "test" permet d'apprécier la qualité et la richesse des films que nous présenterons tout au long de la résidence.

 


 

 
Voici l’ancienne forge de Molène. Il ne reste que les pignons et les murs du bâtiment sur cette image, mais on voit la trace de l’âtre de la forge dans le mur. Le forgeron qui habitait là s’appelait Jean-Marie Roger, né en 1871 et mort en 1943. En plus de forgeron, il assurait la fonction de fossoyeur, et tuait aussi les cochons des familles de l’île.
Photogramme extrait du film "Promenade à Molène" de Corentin Beauvais (1950 environ)

 
 
    

                      
 Le sémaphore de l’île. Ce bâtiment a eu un rôle important sur « l’île des sauveteurs ». Il était au cœur des moyens déployés pour le sauvetage des bateaux qui s’échouaient sur l’archipel. A son pied, un coup de canon était tiré pour prévenir d'un naufrage. Ce canon est aujourd'hui remplacé par une sirène.
Photogramme extrait du film "Promenade à Molène" de Corentin Beauvais (1950 environ)

Au début, le sémaphore était un simple mât où l’on hissait un drapeau pour alerter d’un naufrage et appeler les marins de l’île à venir en aide. En 1908, on a construit la tour actuelle : un guetteur pouvait y séjourner, et surveiller, à temps plein. Dans les années 50, une galerie avait été construite tout autour du sémaphore pour faciliter le travail des guetteurs. Cette galerie a peu à peu été dégradée et non remplacée. A la place, un poste de vigie a été construit tout en haut du bâtiment.

Depuis 1983 le sémaphore n’est plus en activité, mais reste un élément incontournable du patrimoine qui témoigne du passé de l’île.

 

Une séquence de la kermesse paroissiale où les Molénais ont reconnus beaucoup de monde. Extrait du film "Promenade à Molène" de Corentin Beauvais (1950 environ)

 

La kermesse paroissiale du 15 août se déroulait devant l’école Sainte-Philomène.

Le bâtiment, qui appartient à la congrégation Saint Thomas de Villeneuve, est un don de la famille Goachet à la commune et a été construit entièrement par les Molénais en 1892. Il a longtemps abrité l’école des filles, mais aussi la pharmacie. Aujourd’hui, c’est l’école publique de l’île.

La journée du 15 août était partagée entre la messe et le pardon le matin, la procession l’après midi. La kermesse venait ensuite, en fin d’après-midi : la population de l’île s’y retrouvait pour des activités plus laïques après cette journée de recueillement. Les sœurs de la congrégation ont finalement acheté la place devant l’école pour que les festivités de la kermesse, souvent alcoolisée, ne s’y déroulent plus.
 Parmi les personnes que l’on voit à l’image, on trouve, entre autres, Pierre Cuillandre dit « Labic », Gabriel Podeur, Sylvain Podeur, l’ancien pilote de la vedette « Dr Tricard », le curé Arsène Celton, des pêcheurs : Esprit Masson et Alexandre Créac’h dit « Sand », Ludivine Roger, Jean Jouan, originaire des Côtes d’Armor, etc.

On remarque une femme qui porte la coiffe molénaise blanche, avec ses « ailes de mouette », une femme qui porte une capeline noire, coiffe composée de plusieurs éléments que l’on retrouvait sur toute cette partie littorale de la Bretagne. On voit aussi deux femmes Ouessantines, reconnaissables à leur coiffe noire à nœuds.

 

Extrait du film "Promenade à Molène" de Corentin Beauvais

Au début du siècle et jusque dans les années 50, les parties non-urbanisées de l’île étaient cultivées ou vouées à l’élevage. Il existait même une ferme sur l’île : la ferme Callac.

Chaque famille possédait du terrain, en tout petits lopins entourés d’un muret et délimités par des bornes appelées « arces ». De la même façon, beaucoup de familles élevaient des moutons ou des cochons, dans une moindre mesure des vaches. A la différence d’Ouessant, les moutons n’étaient non pas élevés pour leur laine, mais principalement pour la viande, et étaient attachés par couple (l’agneau et la mère). Les cochons étaient élevés dans des crèches mitoyennes aux habitations. On tuait le cochon entre septembre et novembre lors de la « Fest An Nourc’h » : on y invitait ses voisins et ses amis à partager la charcuterie et une partie des salaisons prévues pour l’année.

 

La centrale électrique tenue par Mme Rocher. Extrait du film "Les goémoniers de Molène" de Roger Dufour (1956 environ)

Avec son rôle de responsable de la petite centrale électrique, Alexandrine Rocher, surnommée « la blonde », participait à l’auto-subsistance de l’île. La petite centrale était située en plein centre bourg, place du Karit, dans l’ancien bâtiment qui abritait la Kommandantur allemande pendant la seconde guerre mondiale. Son métier était un véritable travail de maintenance : elle entretenait les machines, chargeait les batteries, signalait les pannes, relevait les compteurs : un vrai poumon de l’île. Elle avait appris son métier sur le tas.
 
 

 

Le sable qui servait à la construction était déversé dans les rues en hiver. Cela permettait d’en enlever le sel grâce à l’eau de pluie, avant de l’utiliser en été. Il était déversé en petits tas, mais sous l’action du vent il se répandait partout dans les rues.Photogramme extrait du film "Les goémoniers de Molène" de Roger Dufour (1956 environ)

 
 
 
 

 

Dernières Actus

Présentation de la Résidence

La Cinémathèque en résidence sur l'île Molène du 25 mai au 1er juin 2010




La Cinémathèque conserve en dépôt une trentaine de films sur l'île Molène et son archipel. Nous avons décidé d'aller directement sur l'île pour tester un type de résidence de documentation.

Le but était d'enrichir au mieux les films et de comprendre la valeur des images grâce aux témoignages des Molénais. Nous projetions les films à des petits groupes de trois ou quatre personnes qui nous apportaient leur connaissances sur les activités présentées à l'écran, et qui nommaient les personnes reconnues. Nous voulions également aller au-delà, cerner les particularités du territoire et comprendre les réalités passées et présentes de l'île, avec comme point de départ ces images amateurs.

Ces pages sont celles du carnet de bord de l'équipe qui a mené cette expérience. Elles présentent, au fil des journées, l'organisation du travail, les rencontres, les témoignages, des extraits de films projetés en rapport avec les thématiques abordées.












Il faut préciser que les témoignages reproduits ici sont une synthèse des longues entrevues qui ont été de cours pendant la résidence. Même si certains propos sont entièrement attribués à une personne unique, dans un souci de rigueur scientifique, nous avons projeté les films à plusieurs personnes différentes pour croiser les témoignages. Les propos reproduits ici sont la synthèse de ces croisements.

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam