• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

5372

Films
CONSULTABLES

      • Les Films de Guy Demoy : Une Vision sur le monde rural

      • Horaire
      • 20 h 30

      • Lieu
      • Nantes (44), cinéma Bonne Garde

      • Projections
      • La Coopérative, Un Bourgeois rural et ses fils, Un Marquis et ses fermiers

      • Renseignements
      • Antenne Loire-Atlantique de la cinémathèque de Bretagne aux Archives Départementales. M. Pascal Le Meur. Tél : 02 51 72 93 20

      • Les Films de Guy Demoy : Une Vision sur le monde rural
      • La Cinémathèque de Bretagne a le plaisir de vous convier à la  projection suivante au cinéma Bonne Garde, 20 rue des Frères Louis à Nantes.

        La coopérative
        , réalisé en 1966, durée 18 minutes

        A quoi sert le crédit agricole ? Pour M. Mayoux, directeur général, il y a une possibilité de crédit pour les agriculteurs et tout le monde rural, mais attention, seulement pour les exploitations rentables ! Rentables, seules les grandes exploitations le sont. Afin d’atteindre le seuil de rentabilité, M. Morvan dans le Finistère a formé une GAEC avec trois voisins. Mais dit Mme Morvan, les groupements coopératifs eux-mêmes poussent ceux qui ne sont pas adaptés vers la disparition. On veut convaincre les paysans que, s’ils veulent survivre, ils doivent devenirs de petits patrons et penser selon la logique capitaliste. Et les changements de caps mystérieux de la politique agricole du gouvernement ne simplifient pas les choses. « la nature, c’est vous ! » susurre une publicité du salon de la machine agricole. Quelle ironie pour des paysans auxquels les cadences imposées par la concurrence laissent peu de loisir pour jouir de cette nature, et qui deviennent de plus en plus esclaves des machines que cette voix tentatrice cherche à leur vendre !

        Un bourgeois rural est ses fils, réalisé en 1966, durée 23 minutes.

        Un certain mythe du paysan le représente comme le français par excellence, chef incontesté d’une nombreuse famille, un mythe propre à faire accepter par les enfants de paysans devenus adultes une situation problématique : vivre sous la tutelle des parents qui restent propriétaire jusqu’à leur mort de la terre. Mais de jeunes paysans ne veulent pas attendre pour prendre des responsabilités et gérer une exploitation comme ils l’entendent.
        J.P Dessert à 37 ans, las d’être « le domestique de son père » a pris des terres en fermage, et est l’animateur d’un groupement de production bovine.
        Est-il nécessaire d’être propriétaire de la terre qu’on travaille ? Comme d’autres jeunes agriculteurs, il pose le problème. D’autant plus que celui des enfants qui reprend l’exploitation doit racheter les parts de ses frères et soeurs en s’endettant parfois pour la vie.

        Un marquis et ses fermiers, réalisé en 1969, durée 24 minutes

        Les familles Veuillon et Mathurin sont fermiers sur les terres du marquis de la Bourdonnais à Carentoir (Morbihan). Ces fermiers sont les descendants des métayers qui travaillent ces mêmes terres sous l’ancien régime. En 1969, 300000 paysans vivent en France de cette manière autour du château. Les rapports entre propriétaires et fermiers ont gardé un relent de féodalisme. Autosatisfaction chez le marquis, résignation à la misère et méfiance à l’égard de tout changement chez les fermiers. On entretient l’idée que les gens de terre, du plus petit au plus grand, ne sont qu’une même famille, et la notion de classe apparaît presque comme une grossièreté.
      • Pensez à adhérer !
      • Collection Mémoire du travail
      • Entrefil
      • La boutique

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
inscrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam