• Entrez votre identifiant et votre mot de passe dans le formulaire ci-dessous

    Votre identifiant
    Votre mot de passe

5161

Films
CONSULTABLES

      • Projection du film "Plogoff mon amour, mémoire d'une lutte"

      • Mardi 21 août 2018

      • Horaire
      • 21h00

      • Lieu
      • Auditorium - Douarnenez (29)

      • Projection du film "Plogoff mon amour, mémoire d'une lutte"
      • Films diffusés
      • Projection du film "Plogoff mon amour, mémoire d'une lutte" réalisé par Dominique Agniel
        Dans le cadre du Festival de Cinéma de Douarnenez - Grand Cru Bretagne
        Mardi 21 août à 21h00 - Auditorium - Douarnenez (29)
         
        Pointe du Raz, Finistère, l’un des paysages les plus sauvages et les plus grandioses d’Europe. Là où l’océan frappe inlassablement le roc de granit noir. Un village de 1500 habitants dresse son clocher à la proue de la Bretagne : Plogoff. Les villageois, pour la plupart, sont des femmes. Les hommes sont en mer. Pêcheurs, marins au long cours ou matelots de la Royale : sur 600 foyers, 430 ont un homme à la mer. C’est là, sur la falaise battue par les vents, qu’en 1974, EDF et l’Etat décident de construire une centrale nucléaire. À l’issue d’une lutte de 7 ans, le projet sera abandonné par François Mitterand. La lutte de Plogoff est une des premières résistances citoyennes menée par un petit groupe contre la puissance de l’Etat et des lobbies de l’atome. Au même moment, d’autres luttaient contre un camp militaire au Larzac.
         
        Le film se propose de retrouver les principaux acteurs de ces événements (artistes, musiciens, militants, villageois) : Quel regard portent-ils sur l’héritage de Plogoff, sur le nucléaire, sur le prix payé par tous dans leur vie personnelle ? Ils voulaient faire de Plogoff un phare pour les énergies nouvelles. Ils se battaient pour la vie, pour leur terre, pour la mer. Ils ne voulaient pas du nucléaire, ni à Plogoff ni ailleurs.
         
        Combat de David contre Goliath, combat d’un village contre la puissance de l’état, et surtout, combat de femmes, de mères, de filles, contre l’armée, les soldats, les ministres, les technocrates, car leurs hommes, les hommes de Plogoff sont en mer.
         
        Les cris se sont tus, les femmes sont rentrées chez elles, les jeunes sont partis, les bateaux de pêche restent à quai. Le village est revenu à son silence, abandonné aux sifflements du vent… Quelles cicatrices ont laissé les années de lutte ? Ceux qui se sont engagés dans ce bras de fer contre l’état continuent d’inspirer les luttes citoyennes d’aujourd’hui, de Notre Dame des Landes à Flamanville. A l’heure où le nucléaire est remis en question après Fukushima, à l’heure où on parle de fermer la centrale de Fessenheim en 2018, sortir de l’oubli l’histoire humaine exemplaire de Plogoff est plus que jamais d’actualité. Mais pas seulement : La force de cette histoire est que Plogoff nous parle de nous aujourd’hui : avoir un emploi rémunérateur est-il la seule motivation de notre existence ? Le développement économique vaut-il qu’on lui sacrifie la nature ? Quel monde voulons-nous laisser à nos enfants ?
         
        Près d'une minute du film "Du pétrole mais pas d'idées" de Jo Potier a été utilisé par la réalisatrice.
      • 30 ans 30 appareils
      • Entrefil
      • La boutique
      • Suivez nous sur Facebook

La newsletter
de la cinémathèque de Bretagne

Pour recevoir toutes nos informations,
incrivez-vous

Powered by diasite
Designed by diateam